PDF
Nautisme : une filière à forte valeur ajoutée

Nautisme : une filière à forte valeur ajoutée

Nouvelle économie - 22/07/2015

Dans le cadre de la future grande région, le nautisme doit être au littoral languedocien ce que l’aviation est à Toulouse. Focus sur l'un des six domaines d’activité cible identifiés dans l'étude sur l’émergence d’une nouvelle économie productive.

Souhaitée par le Président André Deljarry et pilotée par le Vice-Président Patrick Ceccotti, l’analyse fine des politiques publiques et des dynamiques entrepreneuriales permet d’envisager l’émergence d’une nouvelle économie productive. Pour notre territoire, ce serait des milliers d’emplois supplémentaires.

Les six domaines d’activité cible identifiés par la CCI de Montpellier : numérique, design, bâtiment du futur, bien-vieillir à domicile, nautisme, viti-vinicole/oenotourisme.

"Dans le cadre de la future grande région, le nautisme doit être au littoral languedocien ce que l’aviation est à Toulouse". Tel est le postulat de Jean-Marie Sevestre, vice-Président de la CCI de Montpellier en charge de ce dossier.

En effet, les 250 entreprises héraultaises qui regroupent à la fois des fabricants, des équipementiers, ainsi que des métiers périphériques tels que les matériaux et textile, les technologies numériques, le design, etc., sont portées par des innovations techniques et technologiques à forte valeur ajoutée.

Mais la filière s’est développée de façon non coordonnée et par opportunité, notamment lors du développement des stations balnéaires dans les années 60. Aujourd’hui, après 10 années de baisse des ventes de bateaux neufs sur le marché français et malgré une hausse du budget des loisirs avec des sports nautiques légers en plein essor sur notre territoire, le nautisme souffre d’un manque de structuration et de visibilité, ainsi que d’un renouvellement de la clientèle.

Le groupe de travail piloté en partenariat avec Colette Certoux, vice-Présidente de la Fédération des Industries Nautiques, a défini un projet opérationnel qui vise à créer une Zone Economique
Nautique (la ZEN) pour structurer et accompagner l’écosystème du nautisme
dans son ensemble autour des besoins et usages du pratiquant.

Il s’agit de proposer, en un lieu unique, un point de rencontre fédérateur pour les entreprises du nautisme et des sports nautiques légers, afin de créer du business entre elles mais aussi mettre en place des actions ciblées : rencontres avec d’autres filières et les laboratoires de recherche, organisation d’ateliers thématiques, de conférences. La mise en place de cette ZEN doit permettre aux professionnels de mieux intégrer et appréhender les nouveaux usages pour le développement de leurs produits et services via des ateliers d’expérimentation.

Xavier Desmarest - CEO Outremer YachtingXavier Desmarest - CEO Outremer Yachting

Quels sont les perspectives de croissance de votre activité et les éventuels freins auxquels vous êtes confrontés ?

Outremer Yachting a connu une forte croissance ces dernières années et a un fort potentiel de développement dans de nouvelles activités et dans la construction d’unités de plus grande taille. La proximité de laboratoires pointus, d’organismes de formation et d’entreprises innovantes, créent un environnement favorable à notre évolution.

Pour développer nos avantages compétitifs, nous travaillons déjà en partenariat avec des laboratoires et des acteurs régionaux sur les matériaux composites, l’énergie solaire et l’électronique. Nous collaborons également avec Pôle Emploi pour former « in situ » des demandeurs d’emplois à nos métiers. Mais nos projets de croissance se heurtent au manque d’espace.

Quelle est votre vision de l’identité « nautique » du territoire et de la création d’une zone dédiée au nautisme ?

Nous n’étions pas au départ une région avec une forte identité nautique, nous sommes pourtant aujourd’hui en passe de le devenir !

Prenez l’exemple du Salon du Multicoques de la Grande-Motte qui est devenu une référence mondiale en quelques années. Compte tenu de la forte attractivité de notre territoire, nous pouvons faire venir des talents, innover dans le design des bateaux, offrir de nouvelles gammes, réfléchir à de nouveaux usages. Nous pourrions développer l’implantation de sous-traitants spécialisés, pour couvrir l’ensemble des métiers de la filière ou encore attirer les startups du domaine, véritables locomotives de demain.  

La création d’une Zone Nautique est une bonne idée mais il faut avancer vite et de manière pragmatique en collant au plus près aux besoins des consommateurs et des acteurs de la filière.

10% du marché mondial - Pour rappel, la part de marché mondiale du nautisme français est estimée à 10%, positionnant ainsi la France en 3ème position derrière les Etats-Unis et l’Italie.

L’Hérault compte 250 entreprises liées au nautisme, secteur dont les retombées économiques en région sont évaluées à 635 M€ pour 6 300 emplois en équivalent temps plein.

Les enjeux :
- Un renforcement du modèle industriel
- L’anticipation des nouveaux besoins et usages pour renouveler la clientèle
- La mise en place de politique publique dédiée
- L’intégration des démarches d’écoconception
- Le développement de passerelles avec les centres R&D